Gilets jaunes 45


13 décembre 2014

le rapporteur du conseil d'état rejette la demande de r schoettl

BONJOUR A TOUS -

URGENT - Conseil d Etat, suite Nous avons 3 semaines...

Le conseil d état affirme que :
(1) La réforme ne coûte rien aux communes car les TAP sont facultatifs
(2) La réforme n'est en rien discriminatoire pour les enfants handicapés

-> La mairie de Marseille (1ere adjointe que j ai eue ce matin) va contacter Mr Schoettl... -> Le Collectif Citoyen Handicap sait que les enfants différents sont exclus.

Avec le CCH nous avons besoin de vous !
Nous montons un dossier :
- Témoignages de TAP "obligatoires" (par la force des choses) !
- Lettres de menaces !
- Coût pour les mairies !
- Témoignages d'enfants "différents" laissés de côté !

LE TOUT à cefabre83@gmail.com et je vous remercie fort fort d avance !

Posté par giletsjaunes45 à 13:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 septembre 2014

le vrai/faux de la FCPE

la FCPE, fervent défenseur de la reforme des rythmes scolaires, a édité un vrai/faux sur ces nouveaux horaires... nos collegues gilets jaunes 13 ont analysé et repris les réponses:

http://13-contre-reforme-rythmes-scolaires.blogspot.fr/2014/09/le-vraifaux-de-la-fcpe-sur-les-rythmes.html?spref=fb

Posté par giletsjaunes45 à 00:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 septembre 2014

les gilets jaunes ne veulent pas etre associés aux attaques contre Najat Vallaud-Belkacem

Le col­lec­tif de parents d'élèves "Gilets jaunes", opposé à la réforme des rythmes sco­laires en pri­maire, rejette dans un com­mu­ni­qué toute asso­cia­tion avec les attaques "ad homi­nem" contre la nou­velle ministre de l'Education natio­nale, de l'Enseignement supé­rieur et de la Recherche, Najat Vallaud-Belkacem.

"Soucieux de la loi"

Les Gilets jaunes démentent en par­ti­cu­lier "toute impli­ca­tion directe ou indi­recte dans des mani­pu­la­tions de docu­ment asso­ciant la ministre nou­vel­le­ment nom­mée à des inten­tions com­mu­nau­ta­ristes", fai­sant réfé­rence à une fausse lettre offi­cielle dans laquelle la ministre pro­po­se­rait des cours d'arabe gra­tuits aux maires. "Nous sommes sou­cieux des enfants et de leur ave­nir, sou­cieux de la loi", soulignent-ils, et "nous assu­rons la ministre de notre indi­gna­tion face aux basses manoeuvres dont elle fait l'objet".

Pour autant, le col­lec­tif conti­nue à pen­ser que le gou­ver­ne­ment et le minis­tère de l'Education natio­nale font preuve d'un "com­plet égare­ment" en géné­ra­li­sant la réforme des rythmes sco­laires dans toutes les écoles pri­maires publiques à la ren­trée 2014, et déplore "leur sur­dité for­cée face à la raison".

Entre 100 et 300 per­sonnes ont défilé à Paris samedi der­nier à l'appel des Gilets jaunes, du Conseil d'Etat au minis­tère de l'éducation natio­nale, pour pro­tes­ter contre les nou­veaux rythmes scolaires.

Posté par giletsjaunes45 à 00:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


02 septembre 2014

SNUDI FO denonce les pressions faites sur les directeurs d'ecole:

NOTE DE SERVICE RYTHMES SCOLAIRES :  UNE HONTE POUR NOTRE ADMINISTRATION !  LES DIRECTEURS NE SONT PAS DES OFFICIERS DE POLICE !

Publié le 2 septembre 2014

NOTE DE SERVICE RYTHMES SCOLAIRES :

UNE HONTE POUR NOTRE ADMINISTRATION !

LES DIRECTEURS NE SONT PAS DES OFFICIERS DE POLICE !

Les directeurs d’écoles ont été destinataires, dès hier, d’une note de service particulièrement choquante.

Notre administration, par la voie de nos IEN, entend faire porter, sur les épaules des directeurs, le poids d’une réforme massivement rejetée par les enseignants, les parents d’élèves, les agents territoriaux et les élus municipaux.

Cette note de service n’est rien d’autre qu’un appel à la délation qui pourrait rappeler les heures les plus sombres de notre histoire : mais c’est vrai qu’il est difficile, dans une démocratie, d’imposer une réforme contre la volonté de tous !

Pour que les choses soient claires :

- le directeur d’école n’est pas un officier de police : faire  remonter des informations sur des mouvements divers, identifier et dénoncer des « meneurs » ne fait en aucun cas partie de ses obligations de service.

- le directeur d’école n’a pas à se plier à un argumentaire non signé pour dialoguer avec ses parents d’élèves.

- Le directeur d’école n’a pas à envoyer quotidiennement un état de l’absentéisme de ses élèves : l’absentéisme est consigné dans les cahiers d’appel et l’IEN peut venir les consulter quand il le souhaite.

Pour autant, ce dispositif démontre, s’il en était besoin, la course éperdue du ministère pour faire passer sa réforme, donc sa fragilité... et par conséquent notre force pour la faire échouer !

PLUS QUE JAMAIS, CONTINUONS A EXIGER L’ABROGATION DES DECRETS PEILLON-HAMON !

LE SNUDI FO INVITE TOUS LES DIRECTEURS A NE PAS REPONDRE A CES INJONCTIONS ET SERA PRESENT A LEURS COTES AU MOINDRE PROBLEME

LE SNUDI FO, A TRAVERS SA FEDERATION LA FNEC FP FO, INVITE TOUS LES IEN A NE PAS ENTRER DANS CE JEU

LE SNUDI FO VA DEMANDER, DES AUJOURD’HUI, AU DASEN DE FAIRE RETIRER CETTE NOTE DE SERVICE HONTEUSE.

Pascal Gasquet

Secrétaire départemental adjoint

04 66 67 79 99 / 06 65 44 64 17

 

http://30.fo-snudi.fr/spip.php?article286

Posté par giletsjaunes45 à 23:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

01 septembre 2014

communiqué du 01 septembre 2014

Le collectif des gilets jaunes du Loiret constate un vent de fronde contre la reforme des rythmes scolaires sur les réseaux sociaux ainsi que sur leur messagerie electronique (giletsjaunes45@gmail.com), en effet bcp de parents et d'élus sont inquiets pour la rentrée qui sera loin d'etre aussi apaisée que les différents ministres de l'EN successifs le prétendent....
les parents, élus mais surtout les enseignants se sentent ignorés par le gouvernement qui restent sourds aux multiples demandes de rdv ainsi qu'au constatations faites sur l'année 2013-2014 (des enfants plus fatigués, qui décrochent dès le jeudi, inégalités territoriales, precarisation des contrats d'animateurs, etc) plus de 60% des Français se disent contre cette reforme.
Les maires ne savent plus par quel bout prendre le pb et s'attendent a une deferlante de récrimination de la part des parents, mais il ne faut pas se tromper de cible: les élus n'ont pas voulu  et subissent eux aussi une reforme imposée de force par le gouvernement.
les gilets jaunes demandent aux parents, élus et instituteurs de leur faire remonter tout probleme résultant de la reforme des rythmes scolaires via email,sur leur page FB "contre la reforme des rythmes scolaires 45" ou par le blog "http://giletsjaunes45.canalblog.com".
Une manifestation nationale est prevue le samedi 6 septembre a Paris, 15h place Colette (conseil d'état) pour dire NON a cette reforme et OUI a des (vraies!) concertations pour une autre reforme, utile pour les enfants celle ci.
un boycott de l'ecole les mercredi 3.09, 01.10, 12.11 et 03.12 est organisé au niveau national.
le president de la FCPE, fervent defenseur de la reforme, tente d'amoindrir la grogne n'hésitant pas a taxer de "groupe d'extrémistes" toutes personnes dénonçant les méfaits de cette reforme.....le collectif GJ45 dément tout rapport avec les sympathisants de la manif' pour tous et les anti-genders, opposés à une soi disant theorie du  genre.
 
le collectif gilets jaunes 45

 

Posté par giletsjaunes45 à 16:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

prêts?

bdgiletsj

Posté par giletsjaunes45 à 00:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 août 2014

liste des groupes departementaux des gilets jaunes

Pour une meilleure organisation 

contre la réforme des rythmes scolaires
REJOIGNEZ VOTRE DÉPARTEMENT !
01 (Ain - meillonnas) et (Ain)      
02 (Aisne) 
03 (Allier) 
04 (Alpes haute provence) 
05 (Hautes alpes)
06 (Alpes maritimes) 
07 (Ardèche) 
08 (Ardennes) 
09 (Ariège) 
10 (Aube) 
11 (Aude) 
12 (Aveyron) 
13 (Bouches du rhône) 
14 (Calvados) 
15 (Cantal)
16 (Charente) 
17 (Charente maritime) 
18 (Cher) 
19 (Corrèze) 
CORSE 
21 (Côte d'or) 
22 (Côtes d'armor) 
23 (Creuse) 
24 (Dordogne) 
25 (Doubs) 
26 (Drôme) 
27 (Eure) 
28 (Eure et Loir) 
29 (Finistère) 
30 (Gard)
31 (Haute garonne)
32 (Gers)
33 (Gironde)
34 (Hérault)
35 (Ile et vilaine)
36 (Indre)
37 (Indre et loire)
38 (Isère) ou (Isère)
39 (Jura)
40 (Landes)
41 (Loir et Cher)
42 (Loire)
43 (Haute loire)
44 (Loire Atlantique)
45 (Loiret)
46 (Lot)
47 (Lot et Garonne)
48 (Lozère)
49 (Maine et loire)
50 (Manche)
51 (Marne)
52 (Haute Marne)
53 (Mayenne)
54 (Meurthe et Moselle) ou (Meurthe et Moselle)
55 (Meuse)
56 (Morbihan)
57 (Moselle)
58 (Nièvre)
59 (Nord pas de Calais)
60 (Oise) ou (Oise)
61 (Orne)
62 (Pas de Calais)
63 (Puy de dôme)
64 (Pyrénées atlantiques)
65 (Hautes pyrénées)
66 (Pyrénées Orientales)
67 (Bas rhin)
68 (Haut rhin)
69 (Rhône)
70 (Haute saône - page) ou (Haute saône - groupe)
71 (Saône et loire)
72 (Sarthe)
73 (Savoie)
74 (Haute savoie)
75 (Paris)
76 (Seine maritime)
77 (Seine et marne)
78 (Yvelines)
79 (Deux Sèvres) ou (Deux Sèvres)
80 (Somme)
81 (Tarn)
82 (Tarn et garonne)
83 (Var)
84 (Vaucluse)
85 (Vendée)
86 (Vienne)
87 (Haute vienne)
88 (Vosges)
89 (Yonne)
90 (Territoire de Belfort)
91 (Essonne)
92 (Hauts de seine)
93 (Seine saint denis)
94 (Val de Marne)
95 (Val d'oise)
971 (Guadeloupe page) ou (Guadeloupe groupe)
972 (Martinique)
973 (Guyane)
974 (Réunion)
976 (Mayotte)
Toutes les infos sur :
LA PAGE NATIONALE des GILETS JAUNES

Posté par giletsjaunes45 à 14:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 août 2014

rythmes scolaires: tous concernés

RYTHMES SCOLAIRES : TOUS CONCERNES

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
RÉSUMÉ :
La réforme des rythmes scolaires va bouleverser cette rentrée 2014.
Tout le monde est concerné par cette réforme du temps scolaire.
Déjà parce qu’elle coûte cher et c’est avec nos impôts, que ce soit par le fond d’amorçage de l’Etat, l’aide de la CAF ou le complément des mairies.
Le plus grave c’est que cette réforme coûte cher pour, au mieux, aucun bénéfice, et le plus souvent des aggravations.
Tout le monde est concerné par cette réforme également parce qu’elle interagit sur tous les secteurs de l’économie.
Elle implique l’éducation et son personnel bien sûr, mais aussi les parents et donc les entreprises dans lesquelles ils travaillent et de nombreux secteurs parallèles : consommation, transports, tourisme, santé, sport, culture…
Les conséquences en cascade mettent en mouvement toutes les couches de notre société.
Enfin et surtout, cette réforme des rythmes scolaires touche tout le monde parce qu’elle met en péril nos enfants et leur avenir… et donc NOTRE avenir !
Éducation et croissance économique sont intimement liées !
Ainsi, l’école primaire joue un rôle primordial dans l’avenir du pays à moyen-long terme !
Le collectif des Gilets jaunes s’oppose à cette réforme au-delà des querelles politiques partisanes.
Ils vous invitent à les rejoindre :
Site national : www.giletsjaunes.org 
·        3 septembre 2014 : boycott national du mercredi
·        6 septembre 2014 : manifestation unitaire à Paris
·        Dès le 2 septembre : les syndicats CGT Educ’action et Sud Education ont donné un préavis de grève 
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
INTEGRAL : 
La rentrée scolaire de septembre 2014 arrive à grands pas et avec elle sa nouveauté majeure : la réforme des rythmes scolaires.
En effet, malgré la forte opposition qui dure depuis décembre 2012, les ministres successifs sont restés sourds et ont décidé d’appliquer ces nouveaux rythmes dans toute la France (ou presque, la Guyanne en étant exempte) cette année.
Un sujet donc brûlant qui a fait couler beaucoup d’encre, et à priori ce n’est pas fini…
Malgré tout, nombreuses sont les personnes qui ne se sentent pas concernées, car elles n’ont pas d’enfants, ou tout simplement parce que d’autres priorités les préoccupent (pouvoir d’achat, retraites…).
Pourtant… cette réforme qui touche à l’Ecole de la République, concerne TOUT LE MONDE !
Déjà parce qu’elle coûte cher et avec nos impôts.
Également parce qu’elle interagit sur tous les secteurs de l’économie.
Enfin et surtout parce qu’elle met en péril nos enfants et leur avenir… et donc NOTRE avenir !
Dans un contexte économique difficile, la réforme des rythmes scolaire apporte des charges supplémentaires inutiles.  Les maires par le biais de l’AMF, ne cesse de se plaindre du coût de cette réforme qui leur rajoute des charges qu’ils n’avaient pas jusqu’à présent.
Une étude a estimé qu’en moyenne la réforme coûterait (hors transport scolaire et restauration) environ 150€ par enfant. Soit un coût total de près de 2 millions !
Pourtant, le gouvernement prétend que cette réforme coûtera peu aux collectivités. C’est faux !
L’Etat apporte 50€ par enfant dans toute les communes.
Dans les communes en Zone Rurale ou Zone Urbaine Sensible, donc des communes dont les besoins dépassent la moyenne de 150€ par élève, l’Etat apporte 40€ supplémentaires.
Enfin la CNAF apporte 54€ par enfant sous conditions de créer un accueil de loisirs déclaré aux DDCS/PP, demandant, entre autre, un nombre approprié de personnels encadrant et une qualification professionnelle de ces derniers...
De nombreuses communes peinent à remplir ces conditions.
Ainsi l’Etat peut apporter jusqu’à 144€ par enfant dans des conditions très éloignées de la moyenne nationale.
Le coût total de cette réforme n’est en aucun cas compensé par ce dernier, d’où des inégalités creusées entre les communes.
Le reste, c’est aux mairies et collectivités locales de payer. Et lorsqu’elles sont en difficultés, elles sont contraintes d’augmenter les impôts locaux ! C’est d’ailleurs ce qu’a annoncé Mr Gaudin, maire de Marseille.
C’est pourquoi comme lui, de nombreux maires ont refusé et refusent encore cette réforme.
Quoi qu’il en soit, que ce soit
le complément des communes avec les impôts locaux,
l’aide de la CAF avec les cotisations sociales,
ou le fond d’amorçage (car celui-ci ne durera pas après 2015 !) de l’Etat avec les impôts,
C’EST TOUJOURS LE CONTRIBUABLE QUI PAYE !!!
Et qui voit donc son pouvoir d’achat diminuer !
On pourrait se dire que c’est un effort à faire pour le bien-être de nos enfants, mais malheureusement ce n’est pas le cas !
Aucune étude n’a jamais prouvé les bienfaits de cette réforme !
L’expérimentation pour les communes qui l’ont mise en place en 2013 ne le prouvent pas non plus !
Au contraire, la majorité des parents et des enseignants témoignent d’une augmentation de la fatigue, surtout chez les plus petits, et aucune amélioration voir une dégradation des apprentissages. Ne nions pas que pour quelques privilégiés de l’ordre de 20% cela s’est « bien passé », sans pour autant qu’une concrète amélioration soit visible.
En résumé, la réforme des rythmes scolaires coûte cher pour aucun bénéfice (au mieux) ou des aggravations (le plus souvent) !
C’est encore un exemple d’argent jeté par les fenêtres par l’Etat alors qu’on en manque cruellement…
D’ailleurs par rapport à ses voisins européens, la France est l’un des pays qui dépense le plus dans l’Education Nationale… sans pour autant obtenir de résultats !
Cela fait des années que les spécialistes stipulent que le problème en France n’est pas la mobilisation de moyens pour l’éducation mais leur utilisation !
Pour cette rentrée 2014, le gouvernement va débourser 350 millions dans cette réforme des rythmes scolaires, ce qui correspondrait à environ 17 000 postes d’enseignants… Était-ce vraiment un choix judicieux ?
II)             Réformer les temps de l’Ecole c’est réformer la société
La réforme des rythmes scolaire, au-delà de l’école est en fait une réforme de société.
Elle implique l’éducation et son personnel bien sûr,
mais aussi les parents et donc les entreprises dans lesquelles ils travaillent (possibilité de libérer un jour ou pas, de venir chercher les enfants à 16h30 ou pas…).
Elle a des répercussions sur
l’organisation familiale,
les transports, le tourisme,
la santé,
le sport, la culture,
les retraites, le pouvoir d’achat…
Tout est lié.
Les conséquences en cascade mettent en mouvement toutes les couches de notre société.
Ainsi la réforme implique de nombreuses modifications dans les comportements et habitudes des familles, et donc dans leurs modes de consommation et leurs achats !
A titre d’exemple direct, on a pu remarquer l’impact de la réforme des rythmes scolaires sur les gardes d’enfants 
Une étude de Yoopies démontre clairement que dans les communes où la réforme a été appliquée en 2013, le salaire horaire net moyen pour la garde d’enfant a augmenté de 6,16%, contre 3,54% dans les communes n’ayant pas appliquée cette réforme. Soit presque le double !
Sans oublier que l’utilisation du créneau du mercredi matin pour l’école, modifie le fonctionnement de nombreuses autres structures :
·        les associations sportives et culturelles parfois contraintes de fermer à cause de la perte de ce créneau et des subventions municipales (les communes devant payer la réforme n’ont plus de budget pour les associations).
·        L’accès aux soins. Cela est encore plus frappant pour les enfants handicapés !
·        le tourisme de montagne qui profitait souvent du mercredi entier skiable….
·        Etc… Les exemples sont nombreux…
Enfin, notons que la fatigue tant décriée par les parents d’enfants qui ont subis la réforme dès 2013, a engendré une augmentation du taux d’absentéisme de 20%, signe de leur fragilité face aux maladies, impactant le domaine médical…
Toutes ces imbrications et conséquences en cascade expliquent pourquoi ce qui peut marcher chez nos voisins européens, ne marchera pas forcément en France, ou alors que ce qui était valable il y a 50 ans ne l’est plus forcément aujourd’hui… il y a de trop nombreuses variables !
Par exemple, en aparté :
En Allemagne, le système « cours le matin – sport/culture l’après-midi » est remis en cause depuis quelques années.  Notamment, il ne fonctionnait que parce que de nombreuses femmes ne travaillaient pas où alors à temps partiel !   De plus ce système se montrait des plus inégalitaires ! 
Par ailleurs les mentalités sont différentes : être enseignant est vu comme un critère de réussite sociale en Allemagne où un seul salaire peut suffire à un couple si l’un d’eux est enseignant. En France, c’est seulement le titre de « professeur agrégé » qui forcera le respect…
En Finlande, les particularités de ce pays vaste et peu peuplé, où chacun doit trouver sa voie face à un environnement souvent hostile, aboutissent à des valeurs culturelles trop différentes des françaises pour pouvoir avoir un système éducatif identique.
Aussi, la population y est très homogène et partage donc la même culture avec un très faible taux d’immigration.
De plus la valorisation sociale des enseignants du fait qu’ils soient de véritables experts formés et reconnus comme tels, joue également son rôle.
Notons également que la simplicité de la langue d’un point de vue orthographique, le faible nombre d’élèves dans les classes, l’absence de redoublement sont autant de différences qui participent indéniablement à la réussite finlandaise selon les experts, bien plus que les rythmes…
III)          Les enfants, le bien le plus précieux d’un Pays !
Voilà la raison majeure qui fait que tout le monde est concerné par cette réforme des rythmes scolaires : c’est qu’elle touche l’éducation des enfants et donc l’avenir de la société !
L’éducation et la formation des hommes et des femmes dans ce monde de plus en plus compétitif où la connaissance prime, devient la ressource la plus importante d’un pays. 
Que ce soit pour assurer la cohésion sociale, nécessaire à tout bon fonctionnement, ou pour élever la performance économique nationale.
D’ailleurs une étude de 2010 de l’OCDE démontre l’impact sur le PIB du pays que pourrait avoir l’amélioration des résultats aux évaluations de PISA. Cela se chiffre à plusieurs milliards pour une amélioration de 25 points pour la France par exemple. 
Education et croissance économique sont intimement liées !
De plus, le chômage dépend entre autres facteurs de cette croissance économique. L’éducation joue un rôle essentiel pour l’amélioration ou la dégradation des performances de la France dans le moyen-long terme !
En 2007 déjà, le Haut Conseil de l’Education nous alertait sur le fait que 40% des élèves ne possédaient pas les acquis sensés être maîtrisés à la fin de l’école primaire. 13% présentaient de grosses lacunes et ne maîtrisaient pas les compétences de base en lecture, écriture et calcul. 
Plus grave encore, même si les difficultés sont détectées tôt, elles s’accentuent au fil du cursus des élèves.
Ainsi, en 10 ans, c’est près  d’1,5 millions de jeunes qui ont quitté le système éducatif sans qualification, avec toutes les difficultés que cela représente pour trouver un travail ! 150 000 jeunes chaque année !
Mais pour pouvoir gérer, créer et innover, et donc augmenter la croissance, la France manque également de diplômés « supérieurs » (au-delà du baccalauréat) !L’OCDE estime qu’il manque 100 000 « cerveaux » supplémentaire par an à la France. 
Et c’est l’acquisition des fondamentaux  à l’école primaire dès les premières années qui détermine l’avenir des jeunes.
L’avenir des jeunes détermine l’avenir économique du pays.
Ainsi, l’école primaire joue un rôle primordial dans l’avenir du pays à moyen-long terme !
Ainsi, tout le monde est concerné par cette réforme des rythmes scolaires.
Et de nombreux critères et témoignages prouvent que cette réforme ne va pas dans le bon sens :
·        Elle coûte cher
·        Elle est inefficace
·        Elle augmente les inégalités territoriales
·        Elle fatigue les enfants
·        Elle crée de nouveaux problèmes d’insécurité
·        Elle exclut les enfants handicapés
·        Elle déstructure l’organisation familiale, le tissu associatif, précarise les métiers de l’animation…
·        Etc..
C’est pourquoi le collectif des Gilets Jaunes, au delà des revendications politiques partisanes, s’oppose à CETTE réforme.
Non pas à UNE réforme, non pas au gouvernement, mais bien à CETTE réforme, imposée hâtivement par les décrets Peillon et Hamon.
Afin de repartir sur de bonnes bases ils demandent l’abrogation de ces décrets, afin de réaliser une réelle concertation sur l’Education, avec les acteurs quotidiens de terrain, seule garante d’une vraie « refondation » efficace de l’Ecole.
Ne les laissons pas détruire l’avenir des ENFANTS, NOTRE AVENIR !
REJOIGNEZ-NOUS !  ENSEMBLE TOUT EST POSSIBLE !
Site national : www.giletsjaunes.org 
·        3 septembre 2014 : boycott national du mercredi
·        6 septembre 2014 : manifestation unitaire à Paris
·        Dès le 2 septembre : les syndicats CGT Educ’action et Sud Education  ont donné un préavis de grève 

Posté par giletsjaunes45 à 22:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,